Lunch and Learn (l’autre LL)

Mais qu’est-ce qu’un Lunch and Learn ?

C’est un moment convivial autour d’un sujet, d’un pays, d’un voyage. Autour d’un déjeuner, nous invitons un intervenant durant une heure. En ce 15 octobre, nous avons eu la joie de recevoir Anne Segarra, première reporter française à filmer le Bhoutan, ce pays inconnu, caché entre l’Inde et la Chine et caché du monde. Seulement 700.000 habitants et environ 25.000 touristes par an. Ce petit pays a surtout été connu pour l’invention d’une nouvelle valeur. Après le PIB, le Bhoutan invente le BNB, le bonheur national brut. Indice permettant de « mesurer » le bonheur de ses habitants. Ce Lunch and Learn sera aussi l’occasion de parler de bonheur.

Anne Segarra vient donc échanger avec nous autour du Bhoutan. Ce pays envoutant et méconnu nous attire. Nous sommes une trentaine ce jour-là. Anne est venue nous présenter son voyage au Bhoutan en 1975 ainsi que le film qu’elle a réalisé avec son mari Ludovic : « Bhoutan, un petit pays possédé du ciel ». La reporter et son époux ont tourné durant cinquante ans des documents aux quatre coins du monde. De 1958 à 2007, c’est plus de 300 documents/reportages réalisés. Ils ont été les premiers reporters français acceptés au Bhoutan. Elle nous raconte avec amusement les longues négociations nécessaires. Elles commencent en 1972 et il faudra trois ans pour accéder au Bhoutan. Tout commence par une demande de visa, des demandes auprès des ambassadeurs et une correspondance avec le roi. Ce dernier, après avoir visionné leurs différents reportages, accepte enfin la demande. En 1975, ils peuvent atterrir au Bhoutan. Presque…

Le Bhoutan n’a alors pas d’aéroport. Nos deux reporters devront faire près de trente kilomètres à pied pour arriver à destination. Passer la frontière et rejoindre la voiture du roi, derrière laquelle ils devront encore marcher. Ce qu’ils découvrent, c’est un Bhoutan bien différent de celui d’aujourd’hui. Si les échanges avec le roi sont cordiaux, la visite se fait sous haute surveillance. Il a en effet programmé toutes les étapes du voyage. La liste des interdictions est d’ailleurs assez longue. Ils n’auront ainsi pas le droit de filmer la famille royale (mère et sœurs du roi), ni le tombeau des ancêtres, ni même le tigre apprivoisé du roi.

A l’aide de diapos (pour les plus jeunes, c’est une sorte de PowerPoint), Anne s’est évertuée à nous conter le pays. Un discours riche sur tous les aspects du Bhoutan. Nous avons abordé les aspects culinaires et la fameuse recette du thé salé au beurre de Yack ou l’aspect sportif avec des concours de tir à l’arc. Mais le cœur de ce lunch and learn était évidemment la religion. Le Bhoutan est le seul pays au monde dont la religion officielle est le bouddhisme dit du Grand Véhicule sous sa forme tantrique. Anne préfère parler d’animisme au Bhoutan, c’est-à-dire une croyance en une force vitale tant pour les êtres vivants que pour la nature. Les bhoutanais vénèrent en effet le vent, l’eau, le soleil ou les signes du ciel. Vénération souvent ponctuée de danses. Danses fort nombreuses où les danseurs portent de magnifiques costumes de soie et décorés d’ornements. Cet aspect religieux se retrouve également dans les visites d’Anne Segarra. Elle pourra ainsi découvrir le monastère de Taktsang, le monastère construit par les dieux. Elle nous raconte y avoir vu un jeune moine en lévitation, le corps à quelques centimètres du sol.

Cette présentation de pays s’est faite également par certains aspects plus déplaisants. En effet, Anne découvre ce pays lorsqu’il est encore une monarchie absolue. Elle se retrouve au cœur d’une société médiévale. Elle évoque les conditions hygiéniques et le rôle des femmes. Le pouvoir des femmes bhoutanaises est généralement limité au tissage et à l’intérieur du foyer. Le Bhoutan est un des derniers pays à pratiquer le mariage polyandrique, soit une seule femme pour deux, trois ou quatre frères.

Evidemment, le Bhoutan a beaucoup évolué depuis quarante ans. Au pied du monastère Taktsang, on trouve désormais une cafétéria, le roi parle même d’un téléphérique. Le pays est desservi par deux lignes aériennes, reçoit la télévision et le téléphone. « On ne peut arrêter la marche du monde » nous explique Anne. Déplorant que les femmes portent désormais des jeans mais ravie à l’idée que les petites filles puissent enfin aller à l’école.

Un grand remerciement à Chi qui nous a présenté Anne Segarra et à Marine pour l’organisation de ce Lunch and Learn. Mais ceux qui le disent le mieux, ce sont les participants :

Laura L. : Un moment hors du temps passé avec Mme Anne Segarra, une femme aux vies multiples, très cultivée et d’une générosité incroyable. Quelle expérience extraordinaire que de sillonner le monde caméra à la main pour retranscrire avec fidélité ces moments.

Kavita P. : Pour moi, c’était très émouvant d’échanger avec Mme Segarra avec passion sur ce petit pays  déjà très fermé !! Et qu’un autre monde existe avec tout ses avantages et désavantages.   A méditer !!

Adeline D. : J’irai bien … rien que pour déguster un bon thé au beurre de Yack … miam.

Virginie B. : Je reste toujours en admiration devant des hommes/femmes qui souhaitent partager leur expérience et de ce fait nous grandir et nous nourrir de spiritualité – puisqu’ici le bouddhisme a pris toute sa place et sa grandeur. Les images sélectionnées ont apporté le cadre à cette dimension du Bhoutan, ce pays enclavé que je connais peu et qui m’émeut de part sa culture ancrée, son peuple et ses mystères. Que dire d’autre car en quelques mots il est difficile de résumer une rencontre aussi passionnante et intéressante.

Anaïs D. :
Rencontre très agréable et surtout très intéressante sur un petit pays plutôt méconnu du grand public. Dans tous les cas, cela a bien éveillé ma curiosité sur le Bhoutan !  Merci !

Cheng X. : La rencontre était très enrichissante. Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec elle « C’est dommage que le pays a changé depuis 1975 », le peuple de Bhoutan a le droit d’avoir une meilleure vie eux aussi, de garder leur authenticité et avoir de la modernisation à la fois.

Chi P. : Anne est une des rares personnes qu’il m’ait été permis de rencontrer à suivre son cœur avec tant de spontanéité et ce depuis bien longtemps. Un cœur pur, les pieds sur terre (pour ne pas dire sur les cinq continents) et la tête dans les nuages mais bien remplie.  Cette rencontre entre des mondes, des générations fut un moment fort, naturel et surtout authentique. Les rencontres, les voyages, la vie devraient être plus souvent aussi simples et vrais. Gageons qu’avec le temps, la vie nous apportera ce petit plus qui est en réalité un grand plus: la sagesse.

Plus jeune je voulais être compagnon d'armes d'Hemingway, navigateur sur le Snark aux côtés de London et explorer la jungle birmane avec Kessel.

Be first to comment