Lectures entre rire et frisson !

Un tour du monde de l’enfance façon James Mollison c’est deux photos en regard et un texte.

Un portrait de l’enfant sur fond neutre, celui de la chambre sans l’enfant et un court texte que l’on a tendance à regarder après coup, quand on a essayé de « lire » le lieu et l’enfant. C’est étonnant, drôle et dramatique à la fois. Et puis forcement on repense à la notre de chambre, à une photo de nous enfant et au court texte qui aurait pu suivre, on se placerait où dans ce panorama ? Et nos enfants, leur chambre ?

La philosophie pose des questions, la photographie aussi, beaucoup.

Si vous aimez son travail, régalez-vous avec Récréations et allez jouer dans la cour à travers le monde !

Dans ma chambre, James Mollison, éditions Textuel, 35€

Where Children Sleep

Dans ma chambre, James Mollison, éditions Textuel,

Une enfance bulgare

A 7 ans notre jeune héroïne bulgare rêve de devenir cosmonaute et nourrit une obsession pour Iouri Gagarine, à 14 elle devient fan de Kurt Cobain et porte des jeans et des tee-shirts déchirés, entre les deux, le mur de Berlin est tombé et le pays connaît la pauvreté, les tickets de rationnement, l’augmentation de la criminalité…

Un grand-père « vrai communiste », une grand-mère qui se découvre une ferveur religieuse à la chute du mur, une mère toujours la clope au bec, une meilleure amie un peu peste…

Elitza Gueoguieva nous fait décoller à bord de son premier roman qui nous livre une vision à hauteur d’enfant de la réalité d’une époque, des années de la Bulgarie communiste à celle de la transition démocratique, présentée avec beaucoup de malice et d’humour.

Les cosmonautes ne font que passer, Elitza Gueorguieva, éditions Verticales, 16,50€

les-cosmonautes-ne-font-que-passer-elitza-gueorguieva-editions-verticales

Du romantisme gothique à l’état pur

L’auteur du fascinant Le Moine nous livre ici une nouvelle extrêmement courte qui se lit aussi rapidement qu’un anaconda saute sur sa proie.

Un jeune homme acculé par son entourage pour des délits non commis se retrouve à nous raconter son récit glaçant.

1789, dans la tiédeur paradisiaque du Ceylan, un homme se trouve reclus dans une cabane suite à l’assaut patient d’un anaconda. La peur s’installe progressivement dans son entourage.
Cette nouvelle commençant comme une comédie nous glisse vite dans un récit horrifiant où la peur s’instaure dans les pores de nos peaux et se glisse intrinsèquement dans nos lits pour nous saisir horrifiés à la vue même du nom de l’animal.

C’est court et intense et la bataille devra s’armer de patience.

L’anaconda de Matthew Gregor Lewis, Finitude éditions 14€50

lanaconda-de-matthew-gregor-lewis-finitude-editions

En vous souhaitant de bons moments

L’équipe de la librairie Lisa, Hélène, Dorian, Kelly, Michel 

Toujours avide de découvrir de nouveaux territoires imprimés, de les partager, d'aider à trouver la juste piste vers celui qui convient.

Be first to comment