Road Book Voyageurs du Monde – Véronique Durruty

Chez Voyageurs, nous avons eu un véritable coup de foudre pour le travail de Véronique Durruty et nous sommes très heureux d’accompagner cette artiste voyageuse dans la publication de Road Book Voyageurs du Monde.
Nous nous sentons particulièrement proches d’elle, car, ce qu’elle raconte dans ses photos, c’est ce que nous évoquons tous les jours pour nos clients : des pays qui ne cessent de nous surprendre ; des personnes croisées furtivement, qui nous reviennent en mémoire nimbées de couleurs ; des moments « attrapés » dans leur équilibre d’éternité…
C’est pour tout cela que nous avons demandé à Véronique de mettre en images notre univers. Dans nos brochures, sur nos écrans, dans nos agences, elle met des désirs d’ailleurs…

_MG_5993copyrght_copie.jpg

Alors, à l’occasion de la sortie de Road Book Voyageurs du Monde (le 7 octobre, aux éditions de La Martinière), écoutons la…

Le libraire : Véronique, peut-on dire que chacune de vos photos contient un voyage, pour le photographe ou pour le spectateur ? Une bonne photo n’est-ce pas cela, au fond : la possibilité d’un voyage, d’une échappée inattendue ?

Véronique Durruty : Pour moi (car, encore plus peut-être que dans d’autres domaines, chaque photographe a son approche) c’est exactement ça. C’est le fil rouge de tout mon travail : le voyage par les sens et les sensations. Une photo réussie doit faire voyager qui la regarde. Les lignes, les couleurs du voyage doivent y être, mais aussi les bruits, les odeurs, la qualité de l’air ; elle doit mobiliser tous les sens…
Ensuite, l’intérêt du livre par rapport aux photos isolées c’est qu’il raconte une histoire. Une photo dit une histoire ; associée à une autre, elles racontent une troisième histoire. C’est tout le sens de mes diptyques, libérer une fiction à partir de deux réalités.
Avec ce livre, j’aimerais emmener en voyage les « voyageurs dans l’âme », ceux qui partent d’un pas serein, ceux qui parcourent le monde dans leur fauteuil, ceux qui rêvent longuement avant de prendre un billet, ceux qui partent en Inde au passage Brady et au Mali à un concert de Boubakar Traore…

Libraire : « Photographie de voyage », ça a un sens ?

VD : Les miennes en ont cinq : la vue, la goût, le toucher, l’ouïe et l’odorat.

Libraire : Des lieux privilégiés ?

VD : Il y a des lieux addictifs, où je retourne encore et encore… L’Inde en particulier. Mais, le bonheur des voyages est aussi dans la diversité, la découverte… et le trajet. Dans Roadbook, j’essaie de faire partager les sensations singulières qu’apporte (presque) toujours le voyage.

6754cs3p114a157v4.indd

Libraire : Ce livre est une récapitulation, un « point » sur votre travail ?

VD : Oh, non ! Il me reste, j’espère, bien des voyages, des images, des sensations à traduire… Mais l’occasion de mes vingt ans de route, pile à cheval sur deux millénaires, était trop belle. Pas une récapitulation donc, mais une somme, plus de 1000 photos et notes dont mes voyages ont été l’occasion !

Libraire : « Un coup de dés jamais n’abolira le hasard », une photo pourrait-elle arrêter la photographie ?

VD : Elle peut, à l’inverse, engendrer de nouvelles photographies. Il en a été ainsi pour moi : c’est en regardant les photos de mes « maîtres » que j’ai eu envie de devenir photographe, de trouver mon langage pour raconter mon monde.

Libraire : Pourquoi Voyageurs du Monde est-il impliqué dans ce livre, selon vous ?

VD : Parce que nous avons la même vision du voyage. De mon côté, je travaillais sur cet ouvrage depuis des mois lorsque Voyageurs m’a contactée. Une belle collaboration s’est alors engagée, sur mon travail de photographe, mais aussi sur mes carnets. J’interviens sur le site www.vdm.com et dans les Cités des Voyageurs partout en France. J’ai été infiniment séduite par leur approche du voyage, si loin des clichés que j’avais en tête sur les « voyagistes ». Une approche éthique, personnalisée, profonde, basée sur la rencontre vraie. Je leur ai parlé du livre. Ils se sont immédiatement engagés : un livre qui serait beau pour ses lecteurs et bon pour la planète.

Libraire : La photo illustre ou découvre ?

VD : Mes photos n’illustrent pas. Elles découvrent un tout petit peu, lèvent le voile sur une parcelle de ressenti, une ambiance, une caresse, une infime portion de l’effet du monde sur les sens…

Libraire : Il semble y avoir une nécessité de la couleur dans votre travail. Un photographe travaille-t-il la couleur comme un peintre ?

VD : J’aime les peintres « de la couleur », Sonia Delaunay, Rothko, Matisse… Une partie de mon travail fait directement référence à des tableaux de Niki de Saint Phalle ou de Jackson Pollock (Holî, un grain de couleur en Inde). Ou encore de Van Gogh (Voyage au pays des sens)…
Les photographes qui m’ont influencée au début travaillaient en noir et blanc : William Klein, Raymond Depardon, Bernard Plossu… J’ai d’abord fait du noir et blanc ; pourtant, très vite, la couleur s’est imposée. Peut-être est-elle plus polysensorielle que le noir et blanc… Plus musicale, plus évocatrice des odeurs… L' »avantage » du noir et blanc est son pouvoir d’esthétisation, par la distance prise. Donc, ce que je cherche, c’est le même effet poétique, sans renoncer à la couleur.
Maintenant, techniquement parlant, je ne travaille pas la couleur, dans le sens où mes photos (argentiques) sont faites « à l’ancienne » : pas de recadrage, pas de retouche. Le seul travail est le rendu de la couleur originelle de la diapositive. Je ne touche ni la couleur, ni la lumière (car la couleur change avec la lumière). Aucune lumière additionnelle. C’est la lumière naturelle. Je tourne, je modifie mes cadrages, jusqu’à ce que l’image se dessine. Les valeurs lumineuses s’ajoutent aux lignes. Dans mes photos, couleur, lumière et lignes précèdent le sujet.

Couv_Road_OK.jpg

Road Book Voyageurs du Monde, par Véronique Durruty
Editions de La Martinière (sortie le 7 octobre 2010)
Le livre sera disponible dans les librairies Voyageurs du Monde et sur le site www.librairie.vdm.com

Véronique Durruty sera présente dans nos librairies pour dédicacer son livre :

A Lille, le 14 octobre, de 16h00 à 19h00
147, boulevard de la Liberté
59000 Lille
Tél. : 03 20 06 76 30

A Paris, le 23 octobre, de 16h30 à 19h00
55, rue Sainte-Anne
75002 Paris
Tél. : 01 42 86 17 38

A Marseille, le 29 octobre, de 16h00 à 19h00
25, rue Fort-Notre-Dame
13001 Marseille
Tél. : 04 96 17 89 26

A Grenoble, le 30 octobre, de 16h00 à 19h00
16, boulevard Gambetta
38000 Grenoble
Tél. : 04 76 85 95 90

A Nantes, le 5 février 2011, à partir de 16h00
Signature + vernissage de l’exposition, qui durera jusqu’au 26 février.
1-3, rue des Bons Français
44000 Nantes
Tél. : 02 40 20 64 39

Be first to comment