Coups de cœurs éclectiques entre architecture, polar noir et roman de l’exil

coups-de-coeur-131016

abou-dhabi-de-simon-texier-jean-francois-doulet-editions-b2

Les éditions B2, un « cabinet de curiosité architectural »…

C’est par la sortie de ce petit ouvrage qui déchiffre, à travers l’échange entre un historien et un urbaniste, la ville d’Abou Dhabi et sa mutation vers un système plus durable, culturel et touristique que ses grandes sœurs des Emirats, que nous vous présentons ici une fascinante maison d’édition.

Les éditions B2 abordent les cités tentaculaires comme les petits points d’accroche de villes plus discrètes. Elles interrogent avec singularité l’actualité urbaine , axent leur choix éditorial sur les phénomènes, des propositions peu abordées, des textes décalés, parfois oubliés. Et enfin questionnent la porosité entre l’utopie, l’architecture, la politique et l’urbanisme à travers un graphisme irréprochable et des tarifs vraiment abordables.

Il est temps de plonger son nez dans leur catalogue pour y dénicher des merveilles insoupçonnées ou des textes tant attendus.

Abou Dhabi, de Simon Texier & Jean François Doulet, Editions B2, 14€


 

la-ou-les-lumieres-se-perdent-david-joy-editions-sonatine

Noir c’est noir (et pas beaucoup d’espoir…)

Dans une région perdue des Appalaches en Caroline du Nord, Jacob est le fils unique d’une mère junkie et d’un dealer craint et réputé. Conscient que ça n’est pas exactement l’équation parfaite d’un bon départ dans la vie, il ne s’est jamais trop fait d’illusion sur son avenir… Destiné à embrasser les traces de son père pour trouver grâce à ses yeux, sa vie bascule définitivement une nuit de banal chantage qui tourne mal. Partagé entre l’honneur du clan McNeely et son aspiration à une vie tranquille dans les bras de Maggie son amour d’enfance, son cœur ne va pas balancer très longtemps…

David Joy signe un premier roman sombre et désespéré, se faisant la voix de l’Amérique des laissés pour compte.

Lire un extrait

Là où les lumières se perdent, David Joy, Editions Sonatine, 19€


 desorientale-negar-djavadi-editions-liana-levi

Désorientale

 Dans une salle d’attente d’un hôpital parisien, Kimiâ, jeune femme d’origine iranienne, attend son rendez-vous pour un processus d’insémination artificielle afin d’avoir un enfant avec sa compagne. Sans crier garde, elle se replonge dans ses souvenirs nous conte son histoire, celle de la famille Sadr, réfugiée en France quelques années après l’arrivée au pouvoir de Khomeini, alors qu’elle n’avait que 10 ans.

On navigue au fil de la lecture entre passé et présent, Orient et Occident, histoire intime et grande Histoire, les parents de Kimiâ étant très politisés et militants, leur parcours est intimement lié à l’histoire contemporaine de l’Iran. Negar Djavadi signe ici un premier roman très fort sur l’exil, qui aborde avec finesse les thématiques du déracinement, de la construction de soi, de l’identité et de la maternité également.

Une voix incontournable de cette rentrée.

Désorientale, Négar Djavadi, editions Liana Levi, 22 €

Belles lectures à tous !

L’équipe de la librairie, Dorian, Kelly, , Hélène,  Michel, Lisa

Toujours avide de découvrir de nouveaux territoires imprimés, de les partager, d'aider à trouver la juste piste vers celui qui convient.

Be first to comment