Martinique et Créolité

 

L’art de la bibliographie est bien délicat. Limiter la littérature de la Martinique à seulement cinq auteurs et cinq titres demande forcément des sacrifices. J’ai donc choisi. J’ai donc retiré.  J’imagine ces titres comme une esquisse. J’espère qu’ils vous donneront envie de regarder tous les tableaux.

Aimé Césaire (1913-2008)

Cahier d’un retour au pays natal

Ce livre a eu une influence majeure, à la fois dans l’art et la littérature mais aussi politique et historique. Ecrit en 1937, ce texte poétique est l’expression de la révolte. Révolte de Césaire face à la Martinique exploitée qu’il retrouve après ces études. Cette poésie va fonder notamment le mouvement de la négritude, mouvement d’intellectuels et d’artistes noirs. Césaire, Senghor ou Damas prônent alors un anticolonialisme radical. La négritude, c’est « la négation de la négation de l’homme noir ».

Patrick Chamoiseau (1953-…)

Texaco (Prix Goncourt 1992)

Il s’agit du grand livre de l’espérance et de l’amertume du peuple antillais. Dans une langue réinventée, Chamoiseau brosse les scènes de la vie quotidienne, les moments historiques, les fables créoles et les poèmes incantatoires. Beauté et souffrances peuvent naître en même temps.

« Quartier créole c’est des gens qui s’entendent. De l’un à l’autre, une main lave l’autre, avec deux ongles, l’on écrase la puce. C’est l’entraide qui mène. Le quartier même s’écrit comme ça. C’est te dire. »

Raphäel Confiant (1951-…)

Mamzelle Libellule

Adelinse, fragile libellule des campagnes martiniquaises est envoyée par sa mère à Fort-de-France pour avoir une vie moins rude. C’était sans compter sur les émeutes qui embrasèrent la ville en 1959.

Raphäel Confiant, un des maîtres de la créolité nous offre un ouvrage poignant. Le combat d’un libellule face aux tourbillons de l’histoire et de la politique.

René Maran (1887-1960)

Batouala (Prix Goncourt 1921)

Si Maran est né en Martinique, ce titre n’en parle pas. L’action se déroule en Afrique-Equatorial française. Pourtant René Maran devait être de cette bibliographie. Incontestablement.

Tombé dans l’oubli aujourd’hui, il est le premier auteur noir à recevoir le prix Goncourt avec ce titre dénoncant les excès de la bureaucratie et de l’administration dans les colonies françaises.

Auteur en désaccord avec la négritude, il voulait être un « homme pareil aux autres ».

Edouard Glissant (1928-2011)

Tout-monde

Grand penseur de la créolisation, « ce métissage qui produit de l’imprévisible », Edouard Glissant va inspirer une génération entière de jeunes écrivains martiniquais dont Chamoiseau ou Confiant.

Ce dernier ouvrage théorise le tout-monde. Il nous invite à la réflexion sur le thème de l’universalité. C’est le roman de tous les voyages, hormis de la conquète, faits par un poète.

 

Partager

  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Plus jeune je voulais être compagnon d'armes d'Hemingway, navigateur sur le Snark aux côtés de London et explorer la jungle birmane avec Kessel.

1 Comment

  • Répondre juin 21, 2013

    Location martinique

    Cet article nous a beaucoup porté de connaissance. On vous remercie.

Leave a Reply